Acueil

  • 1414051-686471.jpg
  • 14585773690842d710eaa8b584da103a9110dc057f-Formation-à-la-mobilité-et-les-infrastructures-de-recharge-les-IRVE-normes-règles-et-lois.jpg
  • hero-image-full-biosecurity.jpg
  • HFIR Scientific Labs-0026_sm.jpg
  • images (1).jpg
  • images.jpg
  • images.png
  • images1.jpg
  • super-res-microscopy.jpg

Actualité

Formation

images (1).jpg

                 Formation

Publication

images (3).jpg

              Publication

Plan de Travaille

images (5).jpg

                   Plan de Travaille

Documents Utils

images (7).jpg

                 Document Utils

Le Sahara est un vaste désert chaud, il se caractérise par une aridité accrue à cause des faibles précipitations, qui sont souvent irrégulières. Ces conditions paraissent très difficiles pour la vie des différents espèces vivantes. Malgré ce constat, ces régions du globe recèlent des ressources biologiques très intéressantes.

            De nombreuses espèces végétales, ce sont adaptées à ces conditions très particulières, ce qui a induit une biodiversité particulière qui marque parfois un endémisme accentué dans ces régions. Les espèces végétales, comme les arbres d’acacia, les palmiers dattiers, les herbes éphémères (en cas de précipitations) marquent, principalement, les paysages de cette partie du monde, qui reste à explorer en matière des ressources biologiques.

            Comme pour la flore, le Sahara se caractérise également par une faune très particulière. En premier ordre, elle est marquée surtout par les insectes. Les dromadaires et chèvres sont des animaux qui caractérisent cette zone, ils ont été domestiqués par l’homme et sont exploités dans toutes ses activités.

Le fennec, les antipodes et les gazelles du Sahara viennent pour garnir le paysage saharien pour lui donner un charme exceptionnel, qui attire de nombreux touristes et doit intéresser les chercheurs.

            La vie dans ces zones est liée à la présence de l’eau, les ressources naturelles souterraines sont importantes ; mais l’activité anthropique, le développement démographiques et l’aspect fossile de ces eaux menacent ces ressources naturelles, surtout en absence d’une stratégie qui analyse les réalités    du terrain et propose des moyens d’exploitation rationnelle.

            Les activités du Laboratoire Bio Ressources Sahariennes : Valorisation et Préservation (Lab. BRS) visent à contribuer à cette vision d’une exploitation qui garantissent la durabilité de ces ressources afin d’assurer un développement intégré pour les populations qui y vivent dans cet espace.

Le laboratoire contribuera à la formation de jeunes chercheurs qualifiés qui pourront s’orienter vers la Recherche-Développement dans le but de mettre en valeur et de promouvoir les ressources biologiques des régions sahariennes.

Ce laboratoire de recherche doit aussi fournir un cadre idéal pour appuyer les stations de recherche, situées dans les régions sahariennes et un instrument idoine de coopération avec les pays des régions Subsahariennes et les organismes et institutions intéressés par la problématique de Bio ressources sahariennes. Comme elle doit aussi répondre aux besoins d’encadrement des structures de formation, de développement, de recherche, de protection de l’environnement et de la production.

I- PRESENTATION DU LABORATOIRE

Ce laboratoire de recherche, composé de cinq équipes et renfermant environ 87 chercheurs, a pour mission la préservation et la valorisation du milieu saharien :

Le laboratoire des Bio Ressources Sahariennes tente à travers les équipes qui le constituent de mener des études visant à mieux comprendre le fonctionnement de ces milieux (naturels et cultivés),  par l’identification et la caractérisation de la flore et de la faune et leur utilisation dans différents domaines ainsi que des recherches sur les problèmes du milieu physique et sur les procédés technologiques et biotechnologiques appliqués aux différentes productions, (végétales et animales), particulièrement la production dattière et l’élevage camelin.

Le mot d’ordre étant « gestion durable des ressources sahariennes et préservation de la biodiversité ».

II- IDENTIFICATION DU LABORATOIRE

المحافظة وتثمين الموارد الحيوية الصحراوية

 

Intitulé du Laboratoire 

Bio Ressources sahariennes. Préservation et Valorisation

 Acronyme du labo

BRS

Directeur du laboratoire

BABAHANI Souad

Nombre d’équipes

05

 Faculté

Faculté des Sciences et de la Nature

 Établissement

Université Kasdi Merbah-Ouargla

 Coordonnées :

Tél :+213 29 71 21 96

Fax : + 213 29 71 26 97

Email : This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.

Ste :

http://bspv.univ-ouargla.dz/

 Localisation physique :

Centre de Recherche Scientifique de l’Université – Pôle 03 de l’Université

         

III- OBJECTIFS DU LABORATOIRE

  1. Préservation des bioressources sahariennes afin de maintenir l’équilibre de l’écosystème,
  2. Valorisation des bioressources sahariennes pour une optimisation des utilisations
  3. Identification et caractérisation de la flore et de la faune spontanés et leur utilisation dans différents domaines,
  4. Recherches sur les problèmes du milieu physique,
  5. Recherches sur les procédés technologiques et biotechnologiques appliqués aux différentes productions.
  6. Optimisation des productions végétales de la palmeraie,
  7. Optimisation des productions animales en milieu saharien

 

Manifestation Scientifique

Les départements développent des relations d’échanges et de coordination avec les structures d’enseignement, de Recherche et de Développement impliquées ou intéressées par les problèmes environnementaux et l’agriculture dans les régions sahariennes. A cet effet, de nombreuses conventions sont signées, constituant ainsi un cadre organisé avec l’INRA, le CDTN[1], l’IFP[2] et l’ONM[3].

 En outre, des relations très étroites sont entretenues d’une façon permanente avec la profession représentée essentiellement par les agriculteurs, les inspections et directions de l’environnement, les structures technico-administratives et de développement relevant du Ministère de l’Agriculture (DSA, Subdivisions, Chambres d’Agriculture, CDARS, INPV, ITDAS,…), de la direction de wilaya de l’environnement et de la Sonatrach.

 Sur le plan international, et malgré une conjoncture défavorable, de nombreux échanges ont été établis avec des structures et organismes essentiellement par la participation des enseignants chercheurs à des manifestations scientifiques et les enseignements post-gradués.

Projet de Recherche